Dernières Nouvelles

Gestion de l'information post-Ebola: L'IPAO outille les médias et les OSC de la Guinée


Une session de formation au bénéfice des radios communautaires et des organisations de la société civile a débuté ce lundi 25 janvier à Conakry. Organisée par l'Institut Panos Afrique de l'Ouest (IPAO) en collaboration avec l'UNESCO, cette formation a pour thème "Des voix de femmes et de jeunes contre Ebola".  

Les femmes et les jeunes ont été les franges de la population qui ont payé un lourd tribu de l'épidémie à virus Ebola apparue en Guinée en février 2014. Cette formation du projet "Des voix de femmes et des jeunes" va durer quatre jours et réuni les activistes de la société civile et cinq radios communautaires du pays afin de mettre ces couches au cœur du débat pour plus d'efficacité dans la riposte contre Ebola.

Par ce projet, l'IPAO compte doter les médias et les organisations de la société civile d'outils les permettant de mieux impliquer les femmes et les jeunes dans la gestion de l'après Ebola à travers une campagne de production d'émission radio. " On veut un dialogue où les médias s'interpose en médiateur", dit Libasse Hane chargé de projet à l'institut Panos Afrique de l'ouest.

Par ailleurs, M. Hane trouve que les médias doivent aller au delà leur rôle d'informer dans la gestion de la crise, d'où l'objectif fondamental de cette session de renforcement de capacités qui s'inscrit comme déclencheur d'un véritable débat où les médias tiennent les rênes. "Généralement dans les formations qui concernent les journalistes, on forme plus les journalistes dans la communication, mais on ne les forme pas comme des acteurs de changement" déplore t-il        

Depuis l'annonce de la fin d'Ebola le 29 décembre dernier, la garde semble baissée. D'où l'appel de Mamadou Dian Diallo, représentant de l'UNESCO à plus de vigilance, qui selon lui, passe nécessairement par la sensibilisation, la formation, l'observation des règles d'hygiène et l'implication des hommes de médias et des organisations de la société civile pour la production d'information avec des contenus plus équilibrés.

Pour sa part, Ibrahima Sylla de la Coordination Nationale de lutte contre Ebola, trouve aussi que l'heure est à la vigilance où la communauté doit jouer un rôle  crucial avec la résurgence en Sierra Leone voisine. De l'avis du représentant de la coordination, la réussite de cette tâche ne peut être possible qu'avec le rôle que vont jouer les médias pour appuyer les communautés dans les activités de surveillance épidémiologique.

Par ce projet test, les journalistes des radios communautaires et acteurs de la société civile, bénéficiaires de la formation vont répondre à un besoin d'information pour mieux protéger les communautés contre Ebola mais en mettant davantage en exergue les préoccupations des femmes et des jeunes. Un travail qui va être réalisé à travers la production d'émissions pendant un mois et demi.

"On a dit que la maladie est partie, mais pas définitivement parce qu'il faut prendre les précautions pour éviter qu'elle ne revienne. C'est pourquoi il faut informer la population pour ne pas qu'elle baisse la garde. A Siguiri quand la radio dit, c'est ce que la population fait. Elle a confiance à la radio, donc par ce projet on pense que le travail va aboutir", rassure Souleymane Dioubaté participant.

Fatoumata KANTE pour l'IPAO